LiDAR et SLAM : deux nouvelles technologies au service de la cartographie

LiDAR et SLAM : deux nouvelles technologies au service de la cartographie

LiDAR et SLAM ne sont pas deux concepts nouveaux, non. En fait, ils ont évolué avec le temps et sont devenus aujourd’hui des technologies incontournables dans de nombreux domaines tels que la cartographie. Même si toutes les deux se basent sur la numérisation 3D, il existe quand même des différences importantes à noter. Décryptage !

L’essentiel à connaître sur la technologie LiDAR et SLAM

La technologie LiDAR trouve son origine vers les années 60. À cette époque, les outils étaient encore assez rudimentaires par rapport à ce qu’ils sont aujourd’hui. Pour faire simple, le LiDAR est une méthode de télédétection qui émet des impulsions de rayons lasers sans risques pour l’être humain. Les rayons réfléchissent sur les objets environnants et reviennent dans les capteurs LiDAR. Connaissant la vitesse de la lumière, ces derniers calculent le temps de retour des impulsions pour connaître avec précision la distance par rapport à chaque objet. Ce processus s’effectue chaque seconde et on obtient au final des millions de points de mesure à partir desquels il sera possible de produire une matrice 3D.

Pour sa part, la technologie SLAM (Simultaneous Localization and Mapping), ou cartographie et localisation simultanée, est en fait un ensemble d’algorithmes sous forme d’une IA. Cette dernière est introduite dans un appareil robotisé pour se repérer et se mouvoir dans un environnement en tenant compte des obstacles (murs, rochers, personnes, etc. ). En même temps, l’appareil conçoit sa propre carte à partir des déplacements effectués. Cette technologie est, par exemple, présente dans les aspirateurs automatiques et les autolaveuses. En outre, LiDAR et SLAM se complètent parfaitement, l’un utilise l’autre, et inversement. Ce qui repousse les limites de leur application par divers professionnels dans de nombreux secteurs.

Les applications et avantages de ces deux technologies

Le domaine qui profite le plus de ces deux technologies est, sans aucun doute, la topographie. En effet, les différentes techniques topographiques connaissent un véritable boom. Avec de telles possibilités, il sera plus facile d’acquérir une grande quantité d’informations sur les surfaces à topographier. De cette manière, la réalisation des travaux de terrassement en BTP prendra beaucoup moins de temps. De plus, grâce à des scanners et capteurs équipés de la perception SLAM, effectuer des cartographies des bâtiments existants sera un jeu d’enfant. Plus besoin de mettre plusieurs capteurs avec des trépieds sur une position fixe pour scanner la totalité d’un immeuble. Les données obtenues permettront ainsi d’identifier les anomalies par rapport aux plans d’origines et d’effectuer les travaux de réparations nécessaires.

Dans le domaine de la cartographie mobile, la technologie LiDAR et SLAM s’allient pour réaliser des cartographies dynamiques. Les mesures sont de loin plus précises et les détails sont au rendez-vous. Il suffit d’équiper sur le sommet d’un véhicule d’un capteur équipé de caméras et de faire le tour d’une ville ou d’un endroit pour en obtenir une carte. C’est exactement le genre de chose qui pourrait rendre service à l’urbanisme en favorisant l’acquisition de données relatives aux routes et aux environnements urbains. Par ailleurs, d’autres secteurs peuvent également profiter de ces deux innovations. Il s’agit notamment de l’exploitation minière, du secteur forestier et bien entendu de l’architecture.

Anna